LA MORT: Deux vision différente.

Les chroniques de Ciréna - Cyriac

Modérateurs : Kwiskas l'enclume, cyriac

Répondre
Avatar du membre
cyriac
Maître Guildien
Messages : 1648
Enregistré le : 25 sept. 2013 : 18:31

LA MORT: Deux vision différente.

Message par cyriac »

La vie La mort : le cycle karmique.
Ceci est un recueil de 2 visions de la mort écrites par des adeptes de dieux différents

Aux Mortels.
La vie est un art dont les règles sont définies par le Karma.
Celui qui ne sait pas les appliquer ne mérite pas d’en jouir.
La mort est l’ultime récompense pour l’artiste qui reçoit la clef du Festin des Dieux.
Le corps est le plus bel outil que dieu est donné à l’esprit : seule la nature peut l’abîmer.
Quiconque s’octroie ce droit doit être punit. La loi du plus fort fait partie de la vie mais l’artiste doit n’utiliser que la force spirituelle.

Aux Adeptes de ShadowShine.
Le mal forge l’esprit, le bien n’est qu’un avant goût du Jardin d’Eden, une carotte pour que l’artiste affine son esprit au plus vite.
Un cycle karmique ne peut pas être achevé par ta propre volonté à moins que l’artiste n’en tire aucune qualité spirituelle.
Tout esprit perdu incarné ou non doit être éclairé sur le chemin du Festin des Dieux.
Les morts ne doivent être utilisés que par un seul artiste (leur
possesseur). Un contact spiritueux ne peut se faire qu’avec la volonté du défunt.
Ta vie est plus importante que celles des athées car tu dois leur montrer la voix.
Refuse toujours le combat physique et privilégie l’affrontement spirituel.
Ne contrecarre jamais la nature ; destructrice ou source de vie ses raisons sont impénétrables.
Le temple de ShadowShine est sacré, seuls ses adeptes ou les défunts ont l’honneur d’y pénétrer.
ShadowShine est un dieu Vivant suit sa voix et tu le rencontreras souvent, il sera toujours là pour t’aider dans ton cycle karmique.

Entropie Confrérie des punisseurs




La vie La mort : un cycle parmi d’autre.

La vie et la mort ne sont qu’un cycle d’états relativement éphémères. L’esprit peut s’envelopper de plusieurs entités.
- Une physique et matérielle : le corps (la vie),
- une intangible et spirituelle : l’âme
- et enfin une enveloppe d’énergie : le corps éthéré (corps magnétique) : la condensation de l’esprit et sa protection.
Le karma est suite d’épreuve que nous nous auto-infligeons afin d’atteindre l’ultime épreuve la découverte de notre essence primordiale et retrouver le Festin des Dieux.
Nous ne sommes donc pas obligés de respecter tel ou tel état plus que l’autre. Comme chacun tire soi-même les lignes directrices de son karma, il ne faut pas avoir peur de la mort d’autrui puisque que c’est son esprit qui l’a prévu.
Un corps mort est une enveloppe vide, abandonnée par son possesseur pour un autre corps ou pour rejoindre le festin des dieux. Il se peut aussi que celui-ci erre autour de son corps étant incapable de résoudre ses épreuves. Dans tous les cas rien ne nous empêche de l’utiliser vu que cette enveloppe ne sert plus à personne.
Il ne faut pas croire que la mort est une délivrance : c’est juste le temps d’un jugement dont les sentences sont Nirvana, errance, ou tiqué pour un autre tour.
La vie apporte des sensations que l’esprit n’a pas en tant qu’essence. Il est donc judicieux d’en profiter à outrance et ce sur plusieurs cycles karmiques. Un combat à mort ne se refuse jamais car il évite de nombreuses balivernes et le perdant ne fait que retarder son retour dans la monotonie du festin des dieux.
De plus quelle joie que de pouvoir incarner plusieurs personnages plusieurs vies. La nature n’est que le théâtre de ton karma à toi de la modifier pour en tirer le maximum. Ne compte pas sur Golgoroth pour te sortir de situations difficiles, il ne le fera que si cela entre dans ses finalités. Vie ta vie comme bon te semble ; tu en auras toujours une autre pour te racheter. Mais souviens toi que pour rejoindre le Festin des dieux il faut que ton âme aie retrouvé la voix de l’essence qui la gouverne.

Seigneur Mordock, Adepte de Golgoroth. (extrait du pacte des adorateurs de l ombre
)
Image
"Même si j'allais dans la sombre vallée, je ne craindrais aucun mal, car Tu es toujours avec moi; Parce que tu es mon bâton, mon soutien"
Répondre

Retourner vers « Les chroniques de Ciréna »